Nouvelles de One Piece Minecraft

Il semblerait que les règles aurait changées, veuillez vous rendre dans la partie Documentations pour vous mettre à jour ! N'hésitez pas à feuilleter le journal pour être au courant de ce qu'il se passe sur les différentes Mers, de consulter régulièrement votre espace membre pour être informé des dernières nouveautés et de prendre en compte le classement de chacuns.

/!\ Le serveur est désormais fermé à durée indéterminée. Nous allons continuer à explorer les différentes pistes et possibilités que nous avons décelées pour
développer l’univers de One Piece à notre façon, cela ne se fera peut-être plus sur Minecraft avant un
moment. Nous envisageons de partir sur Hytale.  /!\

Ceci est mon quotidien ...  

  RSS

Eobard_
(@eobard_)
Modérateur Guerrier Noire
Inscription: Il y a 5 années
Posts: 16
02/09/2018 9:00  

Ceci est mon quotidien …

 

 

De part ce mauvais temps et la faim qui commençait à tirailler Eobard, ce dernier devait se trouver un logement pour se reposer. Fort heureusement pour lui, tout juste sorti de la foret, il arriva dans un petit village. La nuit était sombre, sa longue cape noire venait le protéger de la pluie et couvrait tout son corps. Seul son visage amortissait les gouttes de pluie.

 

 

Il ouvrit brusquement la porte de la taverne mais personne ne le remarqua. Le son ambiant de l’établissement et les personnes alcoolisés étaient dans l’euphorie de la soirée. De par leurs attitudes, Eobard se fit la réflexion que les clients de ce soir étaient des mercenaires. Surement entrain de fêter une victoire récente.
Il s’approcha du tavernier et commanda une soupe d’haricot et un bon verre de rhum.
Il remarqua tout de suite une bande de briguant jouant au lancé de couteau, la cible était une pomme rouge bien mure, le support de la pomme, cependant, était un jeune garçon. Grace à son tablier, on pouvait vite faire la supposition que c’était le serveur de ces lieux, nourrie et blanchit par l’établissement mais sans aucune paye mis à part les quelques pourboires.

En voyant ce spectacle, Eobard eu des picotements dans le dos. Il s’avança vers le tireur en question et lui colla une droite monumentale. Deux dents volaient en éclat, la puissance du coup et l’effet de surprise eu raison du pauvre bougre qui tomba raide dans les pommes. Tout le monde arrêta ses occupations festives et le dévisagea. Quatre brigands se mirent autour de lui à des points stratégiques.

« Qu’as-tu fais pauvre fou » cria l’un.
« Tu vas payer de ton sang sale chien » insulta l’autre. 

Eobard entreprit une expression et un sourire des plus diaboliques.
« Un chien dis-tu ? Tu en es proche … » Il sortit son épée de son dos et se mit en garde. Une épée ?
Trop grande, trop lourde, et même trop grossière. Tout bien considéré, c’était plutôt un gros morceau d’acier, même lui avait du mal à la manier.
Les quatre individus en profitèrent et lança l’assaut en même temps. D’un réflexe animal, Eobard brandit sa lame et de toute sa force, la fit tournoyer autour de lui, trancha les pauvres bougres par la même occasion.
Eobard Expira un grand coup « pfff … ce n’était que du menu fretin ».
Il prit le verre de rhum que le tavernier avait pris soin de placer sur le comptoir un peu plus tot, le bu cul sec, s’empara du bol et se hâta de le dévorer.

Le garçon qui servit de cible s’avança vers lui avec des yeux pleins d’admiration.

« S’il vous plait, emmener moi avec vous, je pourrais vous aidez »
Eobard dédaigna répondre, ni même le regarder, le garçon insista 
« Vous venez de massacrer les seules personnes qui pouvaient me protéger ! Je suis tout seul maintenant, vous êtes obligez de m’emmener … » 
Eobard le fixa : « Alors tu n’es pas le serveur, comme quoi … la réponse est non. »
Sous le ton de la colère, l’enfant insista de nouveau.
« Je préfères mourir que de rester ici ! »
« Et bien meurs … »
« Pourquoi vous dites ça !!! Vous êtes sans cœur ! »
« Ce n’est pas difficile, il suffit de passer une fois ce couteau sur ton poignet, et tout est finis. Adieu les malheurs. En plus, tu pourras aller au paradis, à moins que tu ne préfères l’enfer … C’est ta vie, fais en ce que tu veux. »

Eobard posa un couteau sur le comptoir et s’en alla, sans détourner le regard de la sortie, laissant le garçon à son désespoir, brisant son innocence.

 

Image


RépondreQuote