Nouvelles de One Piece Minecraft

Il semblerait que les règles aurait changées, veuillez vous rendre dans la partie Documentations pour vous mettre à jour ! N'hésitez pas à feuilleter le journal pour être au courant de ce qu'il se passe sur les différentes Mers, de consulter régulièrement votre espace membre pour être informé des dernières nouveautés et de prendre en compte le classement de chacuns.

/!\ Le serveur est désormais fermé à durée indéterminée. Nous allons continuer à explorer les différentes pistes et possibilités que nous avons décelées pour
développer l’univers de One Piece à notre façon, cela ne se fera peut-être plus sur Minecraft avant un
moment. Nous envisageons de partir sur Hytale.  /!\

La fin du Captain'Odd ...  

  RSS

CaptainOdd
(@odd2610)
Vagabond Admin
Inscription: Il y a 6 années
Posts: 6
23/11/2018 9:28  

Jour J

Odd: Bon les gars j'espère que vous êtes prêts ! Il va falloir envoyer du pâté aujourd'hui !

Eobard: Faudrait-il encore que nous arrivons à l'heure ...

Sauron: Je vous signale qu'on y serait déjà si un abruti ne s'était pas servi de mes cartes comme set de table ! Tant d'heures de travail réduit à néant ... elles sont à peine lisibles maintenant !

Isoras: Et le volatile, c'est moi que tu traites d'abruti ?! Si tu savais manger proprement je ne serais pas obligé de protéger la table. Ta façon de picorer frénétiquement ton assiette. T’en fous partout à chaque fois !

Sauron: J'aimerais bien te voir toi! Essaie de manger une entrecôte avec un bec et on en reparle !

Ketsuki: Allez les gars, calmez-vous ! Restez concentrés sur l'objectif !

Roisram: Captain'Odd ! Je suis désolé de poser la question une fois de plus, mais pourquoi n'avons-nous pas utilisé la deuxième flotte que vous venez d'acquérir ?! Il y a énormément d'enjeux sur ce territoire non ?! Une défaite pourrait arrêter notre ascension d'un coup sec !

Eboard : Odd a pourtant été clair. Nous avons déclaré la guerre à la marine avant même que ton équipage décide de nous rejoindre. Nous ne souhaitons donc pas les mêler à ça aujourd'hui !

Odd : Sans parler du fait qu'en ce moment, la piraterie bat son plein. Selon moi ils ne pourront pas mobiliser suffisamment d'hommes pour protéger correctement l'île !

Roisram : Avec tout mon respect, c'est justement là où je veux en venir Captain'Odd, ne faudrait-il pas justement ...

Odd (en lui coupant la parole avec une voix confiante) :
Une bataille gagnée sans la peur au ventre, n'est pas une bataille gagnée, mais une bataille volée !

Eobard : Bien dit Odd. (Tout en engloutissant le pichet de bière qu'il tenait dans la main)

Roisram acquiesça de la tête avec un air perplexe...

Ketsuki (s'approche de roisram et lui dit discrètement) : Ne t'en fais pas, il semble savoir ce qu'il fait. Je suis d'accord avec toi, ce n'est pas un homme de logique, mais c'est justement pour ça qu'on peut lui faire confiance. Regarde, jusqu'à présent nous sommes encore en vie et même riche !

Roisram : Vous avez l'air de lui faire aveuglément confiance ! Je suis avec vous ! Et à propos, tu comptes utiliser ta nouvelle arme sur ce champ de bataille ?!

Ketsuki (avec un air étonné) : Chut !!! parle moins fort !!! Comment tu sais ça toi ?! Tu l'as encore dit à personne j'espère !!

Roisram : Alors comme ça on fait des cachotteries ahahah, bah, figure-toi que j'ai eu la totalité de mes caleçons qui ont disparu... ils se sont étrangement retrouvés dans ton tiroir, et lorsque je les ai repris, j'ai vu cet objet massif ainsi qu'un magazine, à propos je ne savais pas que les hommes poissons avaient aussi des magazines p...

Ketsuki : CHUT CHUT CHUT !!! Pas un mot de plus ! Tu ne dis rien à personne, ça doit rester entre nous ! Sinon je te promets que l'objet massif va se retrouver à un emplacement que tu n’apprécierais pas !

Roisram (tout en rigolant) : Je dois garder le secret sur quoi ? Ton arme ou le magazine ? ahahah.

Ketsuki (avec un air agacé) : Les deux, le fouineur.

(Au même moment, de l'autre côté du bateau.)

Isoras (avec 3 plats dans chaque main montait l'escalier menant au pont avec une aisance impressionnante) :Allez les gars, rassasiez-vous ! Prenez des forces, on va casser du marin ! Aouh Aouh Ahou !

Odd: Qu'est-ce qui te prend en ce moment ? Tu es vraiment étrange ?! Depuis qu'on leur a déclaré la guerre au marin, on te voit disparaître tous les après-midis en direction de Fontaine et on te voit revenir seulement à la nuit tombée, dans un état pitoyable bien entendu. Hier je ne t'avais jamais vu aussi excité la veille d'une bataille. Et aujourd'hui tu nous fais des cris d’encouragement ?

Sauron : Il y a peut-être un de ses circuits imprimés qui a grillé, essayons de le reboot et au pire si ça ne marche pas on le jette à la mer... Un électroménager défectueux c’est dangereux. On ne va pas risquer de mettre le feu au navire, si ?!

Isoras : C'est moi qui vais te foutre à l’eau la poule mouillée !

Eobard : Maintenant que tu le dis Odd, il est vrai qu’hier aprèm je suis allé pisser ma bière sur la côte de Fontaine. Quand tout à coup j'ai entendu des coups de canon, j'ai tout de suite pensé que c'était les marins et donc tu me connais, je me suis mis en chasse et le seul truc que j'ai trouvé c'est Isoras encore fumant, le haut du corps à moitié enfoncé dans la terre... essayant tant bien que mal de revenir à la surface. Rien d'intéressant je l'ai donc laissé là où il était.

Isoras (tout fier) : À ce que je vois vous êtes observateur, on ne peut rien vous cacher ! Je me suis entraîné dur et sans relâche pour cette bataille. J'ai développé une nouvelle technique vous m'en donnerez des nouvelles !

Sauron (en éclatant de rire) : D'après ce que Eobard a dit c'est la technique de l'autruche non ?!

Odd (avec un ton beaucoup plus grave) : c'est fini les plaisanteries, regardez devant vous on est en territoire ennemi et deux bateaux de la marine sont là! Eobard je te donne la responsabilité de mener cette bataille ! Tout le monde suit au pied à la lettre ses ordres ! Mais avant accostons l'ile au plus vite, nous allons les prendre par surprise !

Les membres de l'équipage avancèrent avec prudence jusqu'à atteindre le sommet de la montagne. En haut ils restèrent bouche bée ... Deux régiments de la marine étaient là !

Sauron : Odd tu ne nous avais pas assuré qu’ils ne seraient jamais en surnombre ?

Ketsuki : C'est une blague ?!

Eobard : Après réflexion, on a tout de même planté un énorme drapeau en plein milieu de leur caserne il n’y a pas longtemps ... mais moi ça me va !
Odd ne dit pas un mot, au fond de lui il se demandait s'il n'avait pas fait une erreur... mais il se refusait à revenir sur sa décision ... et puis à quoi bon… C'était trop tard.

Un homme  (Karelapparu de nulle part :
On commence à s'impatienter, mes amis en bas se demandaient si les Karasu sont le genre de vermine à battre en retraite lorsqu'ils ne sont pas en position de force ... rassurez-moi vous n'êtes pas au complet là ? D’autres vont arriver ?!

Eobard : Odd Je me charge ...

L’homme se tenant devant lui venait tout juste de disparaître de nouveaux.
Des détonations retentirent vers leur direction.

La voix d'un marin en particulier se distinguait :
Equipe A restez en arrière ! Tirez leurs dessus ! Equipe B avec moi.

Les marines étaient totalement synchronisées, les ordres étaient clairs et exécutés sur-le-champ.Les Karasu n’avaient pas le choix, quels que soient les ordres que donnait Eobard, les marins les amenaient exactement là où ils voulaient. Une attaque de front des deux équipes fut effectuée. Malheureusement pour les pirates, le combat tourna très vite en leur défaveur.

Ketsuki engagea un combat à l'épée, mais l'homme était bien plus habile et réussi à l'emporter.

Isoras en voyant ça, voulu lui apporter assistance, il cria "c'est mon moment de gloire" JET IMPACT. Le cyborg fut dans un premier temps propulser en l'air par une explosion venant des réacteurs positionnés à ses pieds. Suivi d'une deuxième détonation venant des réacteurs de ses mains qui le propulsa vers l'ennemi. Propulsion visiblement mal calibrée… Il finit sa course, encastré dans la roche, non loin de Ketsuki déjà ligoté.

Eobard, lui, était encerclé de toute part, tel un loup pris au piège. Il se bâtit jusqu'à perdre connaissance.

Sauron comme à son habitude, courait dans tous les sens et piaillait, tout en portant des coups de pieds fricasseurs. Néanmoins sa course s'arrêta net lorsqu'il se fait attraper par un filet.

Odd voyant ses membres tomber un à un sous le joug de la marine, commençait à avoir les genoux tremblotants. Une boule lui compressait l'abdomen ... la culpabilité ... la naïveté... Mais il ne fallait pas lâcher prise, tout n’était pas perdu … il se ressaisit, il vit une ouverture sur la droite, il partit au quart de tour s'élança à perdre haleine. Il allait peut-être pouvoir en prendre quelques-uns à revers et sauver ce qui reste à sauver...
Une douleur intense se fit sentir au niveau de son épaule droite...
Du sang, il venait de se faire tirer dessus. Sous la douleur, il lâcha son épée pendant sa course. Les troupes avaient déjà bougé et les prendre à revers était trop tard.

Un homme était sur ses talons depuis qu'il s'était mis à courir, visiblement l'homme avait une meilleure endurance que lui.
Odd s'arrêta brusquement. Il n'avait plus qu'un simple revolver sur lui avec une balle chargée ...
Il se retourna brusquement et tenta de décocher un tir en pleine tête. Le marin en face n'en était pas à sa première bataille, il esquiva le tir avec une aisance déconcertante.
Il bondit sur le pirate tout en lui enfonçant sa lame dans le pectoral droit.
Déjà bien affaibli par la perte de sang causé par le tir, Odd tomba au sol lourdement ...
Le Marin retira sa lame lentement du torse de l'homme
« J'ai eu le capitaine, Caporale ! »
Il était ligoté par terre, son visage tournait vers ces Nakama qui se faisaient traîner dans un miroir et qui disparaissaient un à un...

Eobard passa en premier dans le miroir, ces yeux étaient révulsés, il grogna a tout va et essayait de défaire ses liens avec ses dents, tel une bête enragée.

Puis ce fut le tour de Sauron
Libérez-moi tout de suite ! Je suis une espèce en voie de disparition ! J’en parlerai à la défense des animaux ! Je veux mon avocat !

Suivi d'Isoras
« Captain ! Captain ! Ne perdez pas connaissance ! Répondez-moi vous l'avez trouvé comment ma technique ? »

Odd (esquissant un petit sourire) : à chier !

Ketsuki passa en avant dernier, il marmonnait dans sa barbe « j’aurais dû la prendre, j'aurais dû la prendre, j'aurais dû la prendre ».

Odd sentait sa force le quitter peu à peu à travers sa plaie. Il avait soudainement froid, cela venait de la brise maritime se situant juste derrière lui. Ou peut-être juste qu'il se mourait ... il se sentait partir. Il vit des Flashs : son île natale, entendre la douce voix de sa mère, la sagesse de Dédale quand il le réconfortait, l’avis de recherche de son père, la rencontre de chacun de ses nakama.
Une voix résonnait, celle-ci ne venait pas de sa tête mais bel et bien du champ de bataille !

Roisram (tout en haut de la colline avec une énorme coulée de sang sur le visage):
Une bataille gagnée sans la peur au ventre, n'est pas une bataille gagnée, mais une bataille volée ! Nous nous en sortirons Captain'Odd !

Tous les visages de la marine se retournèrent d'un coup vers l'homme.
« Rattrapez-moi cette vermine tout le monde en formation track ! »
« Oui Adjudant ! ».
Tous les marines se mirent à la chasse du dernier survivant.
Odd était seul sur la plage là où ils l'avaient laissé ... il utilisa ses dernières forces pour se mettre sur le dos, face au ciel. Drack son corbeau domestique virevolter au-dessus de lui.

Odd : tu devras te débrouiller seul maintenant ...enfin ... je peux te demander un dernier service ? Si les autres s'en sortent, prends soin d'eux et dis-leur que je m'excuse.

Des larmes coulaient des joues du jeune homme, pas parce qu'il allait mourir, mais parce qu'il n'a pu sauver personne, et qu'il a amené tous ses hommes au casse-pipe, par simple arrogance et prétention. Il perdit connaissance.
Les marines arrivèrent à neutraliser sans trop de difficultés le dernier individu, mais une fois de retour au lieu de l'arrestation, ils constatèrent qu'il ne restait plus qu'une grosse traînée de sang allant jusqu'à la mer.

Karel (quelque peu attristé étonnamment) : c'est comme ça que le capitaine des Karasu finit ... il n'aura donc jamais pu retrouver son père...
Autre marin : « Serait-ce de l'empathie ? »
Karel ne raconte pas n'importe quoi ! Dépêche-toi d'amener le dernier détenu dans ton monde miroir.
Pendant ce temps-là, chez les Karasu …


RépondreQuote